Le Mans 66, nanar ou chef d'oeuvre?


Message

Alain Craniotakis
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 02h32



Je pourrais commencer en vous disant c’est une super production Hollywoodienne et ça ne serait pas tout à fait faire justice à ce film. On est quand même assez loin des standards de Fast & Furious, de Jour de tonner ou de Driven. On n’est pas pour autant au niveau de rigueur historique de l’excellent Rush. Vous l’aurez compris on se situe dans un entre deux, pas si désagréable que ça, où l’intrigue reste captivante au point que vous pouvez emmener votre femme avec vous ; si du moins elle ne déteste pas les autos, autant que le foot.

Les effets numériques ont été limités aux décors d’arrière-plan, l’histoire bien qu’ayant pris quelques libertés, (non plutôt beaucoup de liberté) avec les faits, est bien écrite. Les voitures sont superbes, même s’il s’agit de répliques, la bande son est grisante même si elle n’est pas toujours conforme aux images.
Pour les plus exigeants, il faudra fermer les yeux sur les coups de portières volontaires en course, Les réalisateurs se sont sans doute inspirés des courses de Nascar. A une époque où les pilotes morts en course se comptaient par dizaines chaque année, un tel comportement au Mans eu été criminel. Autre petit détail, il n’y a pas eu de crash d’une 250GTO tournoyant dans les airs au deuxième tour de la course.

photo tirée du film

photo tirée du making of

On oubliera aussi les œillades persistantes entre pilote à chaque dépassement. Ceux qui ont pratiqué le circuit le savent, lorsque l’on roule à la limite pour dépasser un autre concurrent, il est préférable de garder les yeux sur la trajectoire, plutôt que de jeter un regard de victoire au pilote de la voiture que l’on est en train de dépasser. Autre détail historique, Enzo Ferrari n’a pas assisté à la course depuis les stands, il est resté en Italie comme à son habitude.
Le déroulé de cette fameuse course du Mans 66 a aussi été largement modifié au profit du suspense, Attention Spoil : dans la réalité, dès la mi-course, l’affaire était entendue entre Ferrari et Ford. Les Italiens n’ayant plus de voitures en course. La scène ou Henri Ford II, fait un tour avec Matt Damon Alias Shelby m’a doucement fait sourire, vous comprendrez certainement en la voyant.


- Alors Mr. Ford, on s'est fait dessus?

Message modifié le samedi 30 novembre 2019 à 02h46 par Alain Craniotakis

Message

Alain Craniotakis
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 02h33


Mais pour être franc, j’ai vraiment passé un bon moment en visionnant ce film. Après tout comme le dis le réalisateur, James Mangold himself, il s’agit d’une fiction basée sur des faits réels. L’occasion au passage de redonner un peu de notoriété à Ken Miles, superbement interprété par Christian Bale. Un pilot assez peu connu du publique, (d’un autre coté c’était un bon pilote, mais pas le pilote exceptionnel que le film voudrait nous vendre). D’autre part de mettre en lumière le formidable travail de mise au point qu’il a réalisé avec Shelby et Phil Remington. Ce dernier étant totalement oublié dans le film. C’est pourtant le vrai génie qui a transformé un échec en réussite. La Ford Gt40 qui refusait de garder le nez sur la piste grâce à lui est devenue la bête noie de Ferrari.

Le vrai Ken Miles à gauche, Christian Bale à droite

Pour finir, et c’est là, à mon sens le plus gros point négatif du film (sans jeu de mots), Matt Damon avec son visage poupon dans la peau de Caroll Shelby, ça ne le fait pas, mais alors VRAIMENT pas ! Carol Shelby était un pur texan, biberonné aux hydrocarbures, le fils caché d’une mule et d’un taureau. J’avoue avoir du mal à trouver un acteur qui eut correspondu au personnage, mais ce qui est certain, c’est que Matt Damon ne faisait pas l’affaire.


Matt Damon en mode Shelby, Christian bale dans la peau de Miles


les vrais

Message modifié le samedi 30 novembre 2019 à 02h41 par Alain Craniotakis

Message

Alain Craniotakis
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 02h38


Pourtant je vous conseillerais quand même le déplacement et les 17€ d’une place de cinéma pour voir ce film. Après tout, on n’a pas si souvent l’occasion d’aller voir un film qui parle de notre passion sans tourner au ridicule. Je repense à Michel Vaillant faisant le tour du circuit du Mans, pied au plancher avec les yeux bandés !
Non Ford V/S Ferrari (le titre original) viendra sans doute trouver sa place au panthéon des films sur la course automobile, au coté de Grand Prix (John Frankenheimer 1966) , Le Mans (Steve McQueen 1971) et Rush (Ron Howard 2013). Bonne séance à tous.

Pour ceux que la vérité historique intéresse : https://www.argus-classic.com/actualites/le-mans-66-la-vraie-histoire

Ne ratez pas les extraits du making of : https://www.youtube.com/watch?v=Lp9T3B-soAo

Et pour récompenser ceux qui on lu jusque au bout, voici une autre tradition Mancelle, qui j'en suis certain vous comblera, les Hawaiian tropic girls.


Vue l'époque à laquelle cette photo a été prise, aujourd’hui elles sont toutes les trois ménopausées !

Message modifié le samedi 30 novembre 2019 à 02h45 par Alain Craniotakis

Message

DRSdijon
Lord of the ring

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 07h52


bonjour Alain,
Votre analyse est très bonne, on aurait pas dit mieux / Belle fiction conçue à partir de faits réels. Certains puristes grinceront des dents quant aux acrobaties aériennes de la GTO, mais bon, le truc est de symboliser aussi les gros crashs du Mans ...laissons nous emporter. Beau film.

L'âne est un cheval qui n'a pas réussi.

Message

Teubar39
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 09h30


j'aime bien ton analyse ! m'a fais igolé ! pas encore vu ! par contre, un "détail" qui me fais bondir !!!!!!!!! :
17 euros la place !!!??? la vache ! il est plaqué or ton cinoche ?

Message

J89
Lord of the ring

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 09h40


il est vrai que Matt Damon en Shelby ,manque de vraisemblance contrairement à un Christian Bale bien plus convaincant en Ken Miles.
Malgré les arrangements avec l’histoire , le souci du détail a été poussé assez loin car Damon et Bale portent des montres qui sont bien les montres de l’époque, chacun ayant au poignet un Chrono Heuer de ces années là.
C’est un film qui, je l’avoue ne m’a pas semblé aussi long que ce que ma montre m’a indiqué quand j’en suis ressorti.
A voir ,surtout dans cette époque autophobe.
Bonne séance.

L'esprit,c'est comme un parachute, cela fonctionne mieux quand c'est ouvert.

Message

brad68
Maitre Jedï du Slot

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 09h48


ouah!17 euro la place ta eu le droit au pop-corn,j'espère! sinon il à du prendre la salle ice après 19H 16euro avant midi 8 euro.
j'ai adoré le film,bien rythmé on s'ennui pas une seconde. ma note 18/20.

Message

siffert
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 10h02


Si si , y a bien l'acteur qu'il faut pour Shelby ... mais il fallait tourner le film à l'époque de la course ...

Le peu que je sais, c'est à mon ignorance que je le dois.
Sacha Guitry

Message

lpmc6622
Modérateur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 10h45


Merci, Alain, d'avoir lancé ce post. J'y songe depuis que j'ai vu le film (la séance ne m'a coûté "que" 13,9€, mais je n'ai pas pris l'option "siège vibrant"…) mais je n'ai pas eu le temps/la flemme/par quel bout le prendre…
Avant toute chose j'ai passé un excellent moment à regarder ce film. Ce n'est effectivement pas tous les jours (même si cela s'accélère ces dernières années avec Senna, Rush et maintenant Le Mans 66 - il semble que les biopics soient à la mode quel que soit le domaine…) qu'un film sort sur notre passion commune, alors ne boudons pas notre plaisir.
Je suis dans l'ensemble d'accord avec ce que tu as écrit. Le film est suffisamment bien fait pour que les fans y trouvent leur compte comme les personnes pas intéressées par la course automobile.
Au rayon des points négatifs, en plus de ceux que tu as cités (je suis bien d'accord que Matt Damon, qui pour moi joue d'ailleurs très bien son rôle, n'a pas la ressemblance nécessaire avec Shelby au contraire de Bale/Miles; que les yeux dans les yeux bof…), il y en a quand même quelques autres qui m'ont un peu chafouinés:
- OK, les voitures sont belles, mais je les trouve un peu "lisses";
- je ne sais pas si le producteur a reçu le soutien de Porsche, mais ce sont les seules que l'on voit à l'écran (en plus des Ford et Ferrari, bien sûr). Pas de Matra, d'Alpine, de Bizzarrini…
- et puisque tu soulèves le point qu'il n'y a pas eu de vol de 250GTO, il n'y a pas non plus eu de Porsche 904 qui a participé aux 24H du Mans 1966;
- pour rester sur les anachronismes, la visite du garage Ferrari lors des négociations Ford/Ferrari nous montrent des 330 P (P3, me semble-t-il), qui ont commencé à être produites en 1965 alors que nous sommes en 1963;
- je ne comprends pas l'intérêt de faire passer Enzo Ferrari pour un grossier personnage!? Et Ferrari n'était pas au Mans en 1966 (je crois bien qu'il n'y est jamais allé, d'ailleurs);
- et faire croire que c'est Ken Miles seul qui, en quelques jours, a fait ce que la GT40 est devenu est un peu court, sans parler de ne pas mentionner Broadley et Wyers.
Mais le film vaut vraiment le coup d'être vu!

Message

LittleBen
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 13h44


Ni nanar ni chef d’oeuvre.
Les P’tits Pilotes ont adoré, comme relaté ICI, et comme ils grandissent eh bien ils ont été attirés par le volet humain autant que par le volet automobilistique.
J’ai été un peu déçu de la façon dont l'équipe Ferrari est traitée (Enzo Ferrari, les mécaniciens un peu naïfs, les pilotes fronçant les sourcils pour faire encore plus méchants etc.), mais que voulez-vous il faut bien make America (and Ford) great again ...
Malgré cela j’ai vu ce qui reste un très bon film selon moi, à condition de ne pas le prendre pour un documentaire ni pour une analyse fine du duel entre Ford et Ferrari ...
Et je constate que le prix du billet de cinéma est moins cher dans mon plat pays

Message

peterdremel
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 16h36


Assez d'accord avec toutes vos remarques, finalement assez logiques avec un produit hollywoodien...

J'ajouterai que ce qui plus choqué est le fait que tout est fait comme si Ken Miles avait piloté seul la voiture...

Peter

Message

R5MAXI
Sloteur Fou

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 16h48


Alain Craniotakis a écrit :

Pourtant je vous conseillerais quand même le déplacement et les 17€ d’une place de cinéma pour voir ce film. Après tout, on n’a pas si souvent l’occasion d’aller voir un film qui parle de notre passion sans tourner au ridicule. Je repense à Michel Vaillant faisant le tour du circuit du Mans, pied au plancher avec les yeux bandés !
Non Ford V/S Ferrari (le titre original) viendra sans doute trouver sa place au panthéon des films sur la course automobile, au coté de Grand Prix (John Frankenheimer 1966) , Le Mans (Steve McQueen 1971) et Rush (Ron Howard 2013). Bonne séance à tous.

Pour ceux que la vérité historique intéresse : https://www.argus-classic.com/actualites/le-mans-66-la-vraie-histoire

Ne ratez pas les extraits du making of : https://www.youtube.com/watch?v=Lp9T3B-soAo

Et pour récompenser ceux qui on lu jusque au bout, voici une autre tradition Mancelle, qui j'en suis certain vous comblera, les Hawaiian tropic girls.


Vue l'époque à laquelle cette photo a été prise, aujourd’hui elles sont toutes les trois ménopausées !

Belle analyse.
Les films américains de ce type ont toujours plus de défauts que de points positifs
Entièrement d'accord avec toi à propos de Rush !
Après chez moi je le verrai pour 7 Euros ( )
et même si le film n'est pas top ce sera pas grave
il n'y en pas tous les ans des films sur le sport mécanique et les bagnoles

Message

DAMDAM
Lord of the ring

Voir plus


Date du message : samedi 30 novembre 2019 à 21h40


bah moi 4,5€ à Briançon dans un ciné tout neuf avec un son d'enfer...

Un bon moment avec ma chérie...

http://slotingap.xooit.com/index.php

Message

Alain Craniotakis
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : dimanche 1 décembre 2019 à 00h31


Avant tout merci pour vos participations enthousiastes. Je dois dire que l’ambiance sur ce forum est conviviale, respectueuse et les remarques quand il y en a, sont constructives ; à la différence d’un autre forum ou j’ai posté exactement le même commentaire sur ce film et je me suis fait descendre : Pas le bon Topic, film nul et sans intérêt, déjà commenté et j’en passe. Je précise que cet autre forum est dédié aux propriétaires d’un certain type de voitures de sport, non pas au slot. Bref je me garderai bien à l’avenir d’y retourner.

Ok j’ai craché mon venin ça défoule, pour revenir à vos commentaires, voici en gros je ce que pouvais vous répondre :

D’abord pour le prix de la place de ciné, 17 euros, c’est bien pour une salle ICE. Pas de sièges qui tremblent, sinon j’aurais invité ma femme, mais un excellent son et des écrans d’ambiance sur les murs latéraux de la salle. C’est un dispositif qui renvoi des lumières supposées compléter l’image de l’écran, exemple, les lumières de phares des voitures qui se reflètent. Foutaise, je trouve ça plus dérangeant qu’utile. Bref je ne m’y ferai plus prendre, la salle ICE pour moi plus jamais ! Et non Brad à ce prix le popcorn n’est pas inclue on est sur la Côte d’Azur que diable !

Comme je vais être long, je fais mon possible pour garder votre attention.

J89, tu m’as épaté avec ta remarque sur les montres des pilotes. Pour voir de tels détail tu es certainement historien docteur es-Montres avec une spécialité pour les montres de pilotes de 1963 à 1966. Ton commentaire est en tout cas très intéressant, il permet de souligner l’étrange façon qu’on les réalisateurs Hollywoodiens de sélectionner les détails historiques. Ils vont s’intéresser à un domaine qu’un téléspectateur sur quinze milles peut remarquer, mais ils n’hésitent pas à laisser passer des anachronismes tel que des 250GTO ou une Porsche 904 au Mans en 1966, qu’un téléspectateur sur 150 peut remarquer.


Au Mans ils aimes bien les blondes...

Siffer, je suis totalement d’accord avec toi ; James Coburn eut été le parfait interprète pour incarner Caroll Shelby, dommage qu’il nous ai quitter en 2002. De la même façon, j’aurais bien vu John Wayne, dont les gamins de moins de vingt ans ignorent jusqu’à l’existence ou à défaut Charles Bronson, qui à cette heure boit des coups au penthouse bar du paradis avec les deux autres. De là à dire que de nos jours on a plus d’acteurs avec de vraies gueules de durs au cinéma … Non Vim Diesel eut été pire que Matt Damon, puis un Diesel au Mans, il n’y a que Audi pour y avoir pensé.


Mais moi je préfère les brunes...Très très brunes

IPMC6622, Tout à fait d’accord avec ton commentaire. Pour ce qui est de l’absence des Matra et autre Alpines et Bizzarini, il faut rappeler qu’à l’exception de quelques voitures faisant office de décors de fond et ne roulant jamais à l’écran, toutes les autres voitures sont des répliques.
On trouve aux U.S des répliques de Cobra sous le sabot d’un cheval (et au Texas ils ne manquent pas de chevaux) ; les répliques de GT40 sont vendues en packs de six. Ebay US regorge de mauvaises répliques de 250GTO sur base de Datsun 240 et en cherchant un peu, il est possible d’acquérir une réplique de Porsche 908. Mais les Matra les Alpines et les Pizzarini (avec ou sans olives) ne sont pas au catalogue. Concernant la présence des P4 en 63 dans l’usine Ferrari, comme je le disais pour les montres, les réalisateurs ne sont pas à un anachronisme près les films sont d’abord faits pour les américains et du moment que c’est rouge, pour un Yankee, c’est une Ferrari, ou Donald Trump qui sort de sa cabine UV. Ferrari pas un grossier personnage, non mais pas loin quand même, ce n’est pas pour rien que deux ans plus tôt tout son staff de dirigeants est parti en bloc. Le film ne gâte pas non plus les dirigeants de Ford, d’ailleurs ils le méritent bien.


Une femme pilote pour faire plaisir au feministes

Message modifié le dimanche 1 décembre 2019 à 00h40 par Alain Craniotakis

Message

Alain Craniotakis
Jedï d'honneur

Voir plus


Date du message : dimanche 1 décembre 2019 à 00h31


Peterdremel, tu as raison de le signaler, Ken Miles était surtout le pilote d’essais de l’usine Shelby, mais le vrai génie de l’équipe s’était l’ingénieur en chef Remington. John Wyers, Broadley, Gurney ne sont pas en reste dans le développement de l’auto. Pas un mot non plus sur la mort de Walt Hansgen, qui s’est tué sous la pluie au volant de sa GT40 lors des essais. Mais il est clair que l’histoire est centrée sur l’amitié légendaire entre Shelby et Milles. Et quelque part c’est là tout l’attrait du film.


D'ailleurs il faut profiter de ces images, bientôt on ne pourra plus en voir, ils ont déjà supprimés les mannequins sur les stand des salons auto sous prétexte que c'est dégradant pour l'image de la femme.

Little Ben à raison, si vous allez voir se film, profitez du spectacle pour ce qu’il est une belle histoire de potes avec des belles auto.
DamDam, à ce prix là, je viens avec toi au ciné toutes les semaines et je paye le popcorn !


Il suffit pas de regarder les photos de fifilles, il faut aussi lire les textes entre, idiot!

Au passage monsieur Luc Besson (Je sais qu’il visite notre forum régulièrement) ; si l’idée stupide vous venait de faire un Biopic sur l’épopée Matra en sport auto, laissez tomber, faites donc plutôt un Michel Vaillant deux du Style : « Michel Vatant le retour » avec comme sous-titre : « Il a toujours les yeux bandés, mais cette fois il conduit avec les mains dans le dos »


Elle à bien faillit oublier sa petit culotte

Message modifié le dimanche 1 décembre 2019 à 00h42 par Alain Craniotakis

Message

gilou-971
Modérateur

Voir plus


Date du message : dimanche 1 décembre 2019 à 01h09


Et voila. Je voulais pas participer à ce poste. Je voulais même pas le lire.
Mais cet enfoiré d'Alain a mis de chouettes photos du film, alors j'ai tout lu.
Quoi? ce ne sont pas des photos du films? Arghh...
Il m'a bien eu!

Plus les choses changent plus elles restent les mêmes

Message

stephmartin
Bargeots

Voir plus


Date du message : dimanche 1 décembre 2019 à 01h18


Ci-dessous, en italique, un "copier-coller" de mon avis sur le film, publié il y a déjà 15 jours sur un autre forum "slot & scalex". A noter que ma séance n'a couté que ... 6 euros. J'en ai été quand même (agréablement certes...) surpris ...

Je suis content de constater que personne sur ce forum ne parle de chef d'oeuvre, ce qui est aussi bien mon avis ... Mon tiercé "films à thème sport auto" actuel demeure encore (dans le désordre suivant mon humeur ...): Le Mans - Rush et Grand Prix ...

Je suis allé le voir ce vendredi après midi.

Sentiments plutôt mitigés. Si l'amateur de l'histoire du sport auto que je suis peut être content qu'on aborde au cinéma l'un des épisodes majeures des sports mécaniques des "trente glorieuses" (dans les années 60, les courses d'endurance, Le Mans en tête, étaient plus populaires que la F1), son traitement sur grand écran n'est pas tout à fait satisfaisant. Sans surprise, la plupart des scènes des courses majeures (Le Mans et Daytona) sont majoritairement reconstituées à grand renfort de (certes plutôt convenables) images de synthèse. La seule course reconstituée avec un plateau exclusivement "réel" est, au début du film, une compétition SCCA typique de cette époque entre GT américaines, allemandes et, si je me souviens bien, italiennes (et, bon point, pas du tout rutilantes mais bien poussiéreuses et souvent cabossées). Contrairement à Steve Mc Queen (Le Mans) ou encore à John Frankenheimer (Grand Prix), le réalisateur n'a ici évidemment pas pu compter sur des images "contemporaines" filmées en 1965 ou 1966...

Le film est essentiellement centré sur Caroll Shelby (le principal "préparateur" des Ford et ici joué par Matt Damon) et surtout sur Ken Miles (joué par Christian Bale), pilote britannique, metteur au point les Ford, vainqueur de quelques courses majeures en 1966 (Daytona et Sebring) et qui aurait sans doute mérité de remporter le Mans la même année lorsqu'il fut contraint de ralentir pour attendre les 2 autres Ford pour une arrivée groupée et être finalement "piégé" en étant classé 2e (ce que le film relate bien) avant de se tuer quelques mois plus tard en essayant la Ford J , voiture préfigurant la MK IV de 1967. A force toutefois de vouloir faire de ce pilote & metteur au point LE héros de ce film, on a toutefois l'impression que c'est Ken Miles contre le reste du monde, c'est à dire bien entendu contre Ferrari mais aussi contre le staff Ford qui n'apprécie que modérément le côté trop entier du pilote britannique ainsi que contre ses équipiers de team (dans ce film en outre totalement anonymes pour ne pas dire abstraits) ...qui ont la prétention de vouloir le devancer ... Le compte rendu du Mans 1966 prend d'ailleurs de grosses libertés avec la réalité puisque dans celle-ci Ferrari vit la dernière de ses voitures de pointe disparaitre peu après minuit après avoir été progressivement asphyxiée par le rouleau compresseur Ford (3 Ferrari P3 4 litres plus sobres mais incapables de suivre le rythme de pas moins de ... 8 Ford 7 litres) alors que le film suggère qu'une Ferrari domine encore au petit matin et qu'il faudra ... Ken Miles, encore lui, pour pousser le pilote de la Scuderia à casser son moteur... (sorry pour le "spoil"...)

Enfin, on regrettera que la reproduction de scènes de course en passe encore et toujours par certains clichés. ex: passer à l'attaque semble encore se résumer à soudainement appuyer sur le champignon ( gros plans sur un changement de vitesse rageur et sur la godasse qui appuie sur la pédale des gaz jusqu'au plancher ), pousser le moteur en zone rouge (gros plan sur le compte tours et son aiguille tremblante ...) pour alors doubler et déposer tout le monde en ligne droite (en n'omettant pas le gros plan sur le pilote qui "oublie" de regarder devant lui pour jeter un regard de défi et souvent narquois à l'adversaire dépité qu'il est en train de doubler ...).

Allez, reste tout de même le plaisir d'avoir vu quelques belles autos (on oubliera quand même la Ford MkII repeinte en rouge vif pour simuler maladroitement une Ford MK IV en toute fin de film et Ken Miles se tuant sur une MK II alors qu'il était censé rouler sur la Ford J..) et quelques belles reproductions de décors d'époque (y inclus les stands du Mans en 1966). Reste aussi le jeu correct et "professionnel" (mais sans plus) des 2 principaux acteurs ainsi que quelques scènes assez amusantes (même si la aussi non dépourvues de clichés récurrents) lors des différentes confrontations entre les représentants de Ford très "big business & technocrates & cul serrés" et nos deux héros représentant un sport auto encore très artisanal et chien fou...

Message modifié le dimanche 1 décembre 2019 à 04h58 par stephmartin

Message

J89
Lord of the ring

Voir plus


Date du message : dimanche 1 décembre 2019 à 08h52


@Alain Craniotakis
Merci pour le titre de Docteur es Montres
Honnêtement, j’avais identifié seulement une des deux montres ,celle de Christian Bale ,comme étant un chrono de cette époque.
L’autre est également une Heuer ,ce que j’ai découvert ensuite, et en fait je l’avais confondue avec une ré édition récente de la marque Hamilton qui pour le coup aurait fait illusion a l'écran.
J’avais noté le soin pris, pour au moins avoir des accessoires cohérents, et il se trouve que la maison Tag Heuer a prêté les deux montres des deux principaux protagonistes (source Forum à montres sur le même sujet).

L'esprit,c'est comme un parachute, cela fonctionne mieux quand c'est ouvert.

Message

bob_cramer
Lord of the ring

Voir plus


Date du message : dimanche 1 décembre 2019 à 09h19


Ci-dessous une vidéo apparemment très intéressante sur ce qui a pu se passer réellement.

Le gars a l'air de s’être bien renseigné et je ne pense pas qu'il raconte de bêtises.
(à vérifier quand même pour l'ordre d'arrivée, on a entendu d'autres versions)

En tous cas, ça peut éclairer sur certains points précis.

Commentaires intéressantes sur le tournage et la réalité du film.

https://www.youtube.com/watch?v=ZZVa-qGVsU0

Bob Cramer (fan de Davic)

Message

brad68
Maitre Jedï du Slot

Voir plus


Date du message : dimanche 1 décembre 2019 à 12h02


17 euros, c’est bien pour une salle ICE. Pas de sièges qui tremblent, sinon j’aurais invité ma femme!
au cas ou,ta le siège double en ice. il tremble pas...dommage!
à l'heure ou j'suis aller voir le film!pas de séance dans cette fameuse salle ice...arh

Surveiller Imprimer